Musiciens
Apparence au choix
Choix :
Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :




Webmaster - Infos
Agenda
Nous trouver
Costumes féminins

Le groupe porte deux types de costumes :

  • Ceux dits "de travail" (1900)
  • Les costumes de fêtes (1930).

Le costume de travail des femmes se compose d’une jupe longue noire en coton, d’un chemisier noir en coton, d’un mouchoir de cou blanc, d’un tablier sans bavette à petits motifs foncés et d’une coiffe qui peut être soit de drap noir recouvert de velours noir soit en tulle blanc bordé d’une fine dentelle amidonnée et qui s’appelle « tri kintr » (3 pointes).           

Le costume de tous les jours se compose d’une jupe longue noire, d’un chemisier blanc en coton, d’un tablier rayé sans bavette dont la couleur dominante est l’orange, d’un boléro noir et d’une coiffe en coton blanc amidonné.

Le costume de cérémonie est un objet de reconnaissance sociale de celle qui le porte. L’époque retenue est 1930 – 1940.

Dans le Morbihan, en grande majorité le costume se compose d’une robe en drap de laine noir ; la jupe longue découvre la cheville, elle fait environ 3 mètres de circonférence, est plate sur le ventre et le reste du tissu froncé en « tuyaux d’orgue » est agrémentée d’un ruban de velours de soie noir plus ou moins large en fonction de la richesse de la dame ; le corsage très près du corps est lui aussi agrémenté de velours sur les manches et parfois sur le corsage selon que le costume est porté avec un châle ou un col.  Une exception toutefois à cette règle :  Lorient et son terroir porte la jupe et le corsage séparés. Tous ces costumes sont portés avec des manchettes en dentelles blanches, des guimpes et des coiffes différentes selon les terroirs « pays », coiffes et guimpes sont en tulle de coton agrémentées soit de broderies soit de dentelles en coton blanc le tout amidonné.

                                                                                                                                                       

Pays Vannetais :  le corsage de la robe n’a pas de velours. Sur le corsage la guimpe fait le tour du cou, dessus est posé un châle court en velours brodé le plus souvent noir à franges. Le tablier à petite bavette est en velours ou en soie, brodés ou peints. La coiffe en tulle blanc brodé ou avec de la dentelle amidonné est posée sur un petit bonnet ou « béguin », elle a la forme d’un petit

toit (1 pointe) évolution de la coiffe 3 pointes. Des manchettes en dentelle blanche terminent  le costume.

Pays d’Auray :  le corsage de la robe recouvert de velours de soie noir, est mis en valeur par un grand col en tulle bordé de dentelle amidonné (pour les pièces plus anciennes ce col était brodé à la main), une guimpe et des manchettes blanches en dentelles, un tablier à grand devantier en velours ou soie de couleur brodé ou peint et une coiffe identique à celle de Vannes.

Les Iles :   regroupe 5 communes : Sarzeau, Arzon, l’Ile aux Moines, l’Ile d’Arz et Saint Gildas de Rhuys. La robe proche de celle de Vannes, se porte avec un châle en tulle brodé, une guimpe, des manchettes en dentelle blanche, un tablier en velours ou soie de couleur brodé ; la coiffe très différente se compose d’un bourrelet noir en velours noué autour de la tête appelé « turluchon » il est recouvert d’un bonnet en dentelle au crochet et d’une coiffe en tulle ou gaze amidonnée. Cette coiffe a subi les influences paludières du pays de Guérande dues au commerce du sel.

Pays de Baud : deux sortes de coiffes peuvent être portées : « la Locht-Raïenn » ou queue de raie, elle est en filet (dans ce cas il n’y a pas de col) ; la seconde « La kornek » est une coiffe de cérémonie dont les côtés tombent comme des ailes, elle est faite sur un fond de tulle et est entièrement brodée. La robe est comme celle d’Auray avec un plus large empiècement de velours dans le dos et sur la jupe une bande de velours perlé est ajoutée. Le tablier en velours, soie ou satin souvent brodé en Richelieu possède une bavette un peu plus petite que celle d’Auray.

Pays Gallo :  costume de Callac en Plumelec. Le corsage de la robe s’appelle « le Justin », sur lequel on pose une guimpe qui fait le tour du cou puis un châle de satin broché « Le Mouchoué » orné de franges « les pennes » et fixé au carré dans le dos. Une dentelle blanche orne les manches. La coiffe  « La Gallèse » est composée d’une bande de tulle brodé et d’un bonnet, le tout amidonné ; elle peut être également en filet. Le tablier souvent noir en satin a un petit devantier.

Pays de Lorient :   en 2 parties : le haut « la camisole » est garni de velours noir, la jupe large en drap de laine est garnie d’un large ruban de velours de soie noire ; dessus vient un tablier à grand devantier (il remonte sur les épaules) est confectionné en soierie ou en velours   de couleur, il est brodé, perlé ou peint. La coiffe est en 2 parties : la petite coiffe ou béguin dont les ailettes soutiennent la grande coiffe, dénommée ironiquement « aéroplane » car ses ailes battent au moindre souffle d’air. Des manchettes et un col en dentelle blanche terminent le costume.

Pays Léon :   costume de Landivisiau – Sizun composé d’une jupe longue noire s’élargissant dans le bas. La taille est ajustée. Sur le chemisier, se pose une guimpe brodée, parfois perlée.  Un long châle en étamine de laine richement brodé orné de franges descend jusqu’au sol, plissé épinglé derrière le cou.  Le tablier à petite bavette est court et plissé sur le devant par les fameux « tuyaux d’orgue ». Enfin la coiffe « Tintaman » ou n° 8 porte aussi le nom de sparl est  faite d’un bonnet en filet qui enserre la tête sur le haut de laquelle reviennent de fines bardes de dentelle en forme de diadème.


Date de création : 01/01/2013 @ 23:23
Dernière modification : 23/01/2013 @ 00:12
Catégorie : Association

Imprimer l'article Imprimer l'article

Haut